Voir tous les thèmes »

Arrêter de fumer : l’essentiel sur le tabac, l’addiction, la nicotine et le substitut nicotinique

En Belgique, un quart de la population fume, contre seulement un dixième de la population dans d’autres pays. Or, un fumeur sur deux meurt de son tabagisme. En effet, la cigarette est la drogue dure la plus violente pour le cerveau, devant l’héroïne et la cocaïne, d’où la difficulté d’arrêter de fumer. Lisez cet article pour tout savoir à ce sujet et pour mieux comprendre le mécanisme de l’addiction.

Un fumeur sur deux meurt de son tabagisme. En effet, la cigarette est la drogue dure la plus violente pour le cerveau, devant l’héroïne et la cocaïne, d’où la difficulté d’arrêter de fumer.

 

Le tabac et la cigarette


Saviez-vous que :

  • Une cigarette contient plus de 6000 substances toxiques
  • L’industrie du tabac conçoit et modifie les cigarettes pour les rendre les plus addictives possible
  • Les adolescents peuvent présenter une addiction après seulement 3 mois pour les filles et 5 mois pour les garçons
  • L’apparition de l’addiction dépend de la vitesse d’action de la drogue dans le cerveau : 4 secondes pour la cigarette
  • Le tabac engendre une dépendance physique, exactement comme l’héroïne
  • Seulement 2 à 3 % des personnes qui décident d’arrêter de fumer y parviennent sans conseil médical ou pharmaceutique, contre 10 % avec des conseils de professionnels
  • 3 facteurs qui augmentent considérablement les chances de parvenir à arrêter de fumer sont :
    • La grossesse
    • Les maladies cardiaques
    • La volonté

 

L’addiction

L’addiction, quelle qu’elle soit (cigarette, alcool, drogue, jeu, etc.), s’installe selon le mécanisme suivant :

  1. Libération de dopamine dans le cerveau : hormone du plaisir.
  2. Mémorisation de ce plaisir par le cerveau.
  3. Le cerveau stratégique provoque une excitation à l’idée d’une nouvelle expérience.
  4. Le plaisir devient désir.

Ce n’est possible que si la personne a déjà expérimenté le plaisir lié à la substance/l’activité.

La dopamine libérée dans le cerveau comme anticipation du plaisir engendre une impossibilité de résister. C’est pourquoi le substitut nicotinique est si efficace et, dans de nombreux cas, indispensable.

Par ailleurs, plus on consomme, plus on a envie de consommer, c’est physiologique. En effet, les récepteurs de la nicotine se multiplient dans le cerveau au fur et à mesure de la consommation.

La dopamine libérée dans le cerveau comme anticipation du plaisir engendre une impossibilité de résister. C’est pourquoi le substitut nicotinique est si efficace et, dans de nombreux cas, indispensable.

 

La nicotine

Pour créer une dépendance, l’action de la nicotine doit être rapide (quelques secondes), comme c’est le cas avec la cigarette. Si l’action est plus lente, comme c’est le cas pour le substitut nicotinique, la nicotine n’engendre pas d’addiction.

La nicotine contenue dans le substitut nicotinique (patch, chewing-gums, comprimés à sucer, sprays, etc.) n’est donc pas addictogène, contrairement à celle contenue dans la cigarette.


Comment ça marche ?

  • La nicotine agit sur le circuit du plaisir.
  • Elle a une action cognitive : elle stimule la mémoire, augmente la vigilance et la concentration et a un effet excitant (utilisée pour compenser l’effet de l’alcool en soirée).
  • Elle favorise l’apprentissage et la capacité de réaliser deux tâches en même temps.
  • Elle diminue la tristesse et l’inquiétude.
  • Elle est anti-douleur et coupe-faim.


Le sevrage entraîne donc tous les symptômes contraires !

  • Tristesse, dépression
  • Irritabilité
  • Diminution de la concentration et de la vigilance
  • Augmentation de la douleur et de la faim
  • Etc.

Le substitut nicotinique permet donc d’atténuer ces symptômes, sans pour autant créer une dépendance.

Le substitut nicotinique est le moyen le plus efficace pour arrêter de fumer et il n’engendre aucune dépendance à la nicotine, car il agit plus lentement que la cigarette.

 

Le substitut nicotinique

Bien entendu, si la consommation de cigarettes et l’addiction sont limitées, il est parfois possible d’arrêter de fumer sans avoir recours à un substitut nicotinique.

Cependant, le substitut nicotinique est le moyen le plus efficace pour arrêter de fumer et il n’engendre aucune dépendance à la nicotine, car il agit plus lentement que la cigarette.

Selon de nombreuses études qui ont comparé les différents moyens d’aide pour arrêter de fumer, le plus efficace est la combinaison du patch avec un autre substitut nicotinique.

En effet, le patch agit 1 à 2 h après la pose. Pendant ce lapse de temps, un comprimé à sucer, un chewing-gum ou un spray peut être utilisé pour diminuer les symptômes de sevrage.

L’utilisation d’un substitut nicotinique est généralement recommandée pendant 3 mois, mais elle peut être prolongée si nécessaire, tout en diminuant progressivement la dose et en respectant le schéma d’utilisation recommandé. Il permet habituellement de se défaire totalement du tabac en maximum un an. Découvrez les différents types de substituts nicotiniques et leur utilisation ainsi que les fausses croyances sur le substitut nicotinique.

Enfin, lisez nos 10 conseils pour arrêter de fumer, nos conseils pour ne pas retoucher à la cigarette et les avantages de l’arrêt du tabagisme.


Si vous avez des questions ou si vous désirez recevoir des conseils, n’hésitez pas à contacter notre pharmacien Viata.