Voir tous les thèmes »

Le burn-out parental

Le burn-out parental : un des fléaux du 21e siècle. Acheter de beaux vêtements pour le futur bébé, décorer sa chambre et avoir des grands-parents prêts à aider dès qu’ils en ont l’occasion... On ne peut pas rêver mieux, et pourtant, les parents sont souvent soumis à une grande pression. Les nombreuses tâches qui leur incombent et le stress qui ne les quitte plus : ils risquent l’épuisement. Ils doivent s’occuper de leur famille, parfois également de leurs parents, sans oublier le travail et toutes les obligations sociales. Ils sont sollicités de toute part. Ils ont de plus en plus de difficultés à s’organiser. Ils ont l’impression de manquer à leurs obligations, d’être fatigués et débordés. Bref, le burn-out les guette. Les mamans ne sont pas les seules concernées : les papas et les parents en général sont de plus en plus vulnérables.

Les enfants

Pour bon nombre de parents, des difficultés apparaissent après un certain temps. Différents problèmes se posent : vous ne partagez pas la même opinion que votre partenaire sur l’éducation, ou bien votre enfant change subitement de comportement et vous ne savez pas quoi faire. Votre enfant a des sautes d’humeur et n’a pas sa langue dans sa poche. Vous êtes épuisé et vous avez le sentiment de ne pas donner à votre enfant ce qu’il mérite. De plus, vos parents ou vos beaux-parents vous inondent de conseils qui ne vous aident pas et vous font culpabiliser. Avant même de vous en rendre compte, vous êtes surmené et le burn-out s’installe.

Le burn-out parental

Les causes du burn-out parental sont nombreuses et ses signes et symptômes apparaissent graduellement. Le burn-out ne se manifeste pas subitement, il se développe plutôt lentement. Vous trouverez ci-dessous davantage d’informations sur les causes, les symptômes et les caractéristiques du burn-out parental.

Les causes du burn-out parental

En tant que parent, vous avez certainement l’impression de travailler 24 heures sur 24. Trouver un équilibre entre votre vie sociale, votre travail et votre famille relève du défi. Les médias en rajoutent une couche en esquissant une image de parents parfaits difficilement égalable. Dans une société compétitive comme la nôtre, les attentes sont élevées et les enfants sont souvent mis en avant. Les parents et les enfants subissent donc davantage de pression qu’auparavant, car ils cherchent à répondre à ces attentes. Ils doivent toujours faire plus en moins de temps. Ce rythme de vie est stressant. Les résultats sont éloquents : 12 % des parents belges feraient face à un burn-out parental. Les femmes ont davantage tendance à se soucier des autres et à se reléguer à l’arrière-plan. C’est pourquoi nous remarquons un nombre plus élevé de burn-out chez les mères qui travaillent. Le burn-out s’installe lentement.

Les premiers symptômes sont la sensation de fatigue constante, l’irritabilité et la diminution du sentiment d’affection envers les enfants. À cela s’ajoute l’impression de ne jamais être à la hauteur et le simple fait de s’occuper de ses enfants devient une source de frustration. À ce stade, les plus fragiles courent le risque de développer certains symptômes du burn-out parental.

Les différents symptômes du burn-out parental

Le burn-out n’apparaît pas du jour au lendemain, mais s’installe progressivement. De nombreux signes peuvent vous mettre sur la piste du burn-out parental, bien avant qu’il ne se manifeste clairement. Les caractéristiques ou les symptômes des parents souffrant de burn-out sont les suivants :

  • Insomnies qui engendrent de la fatigue
  • Oublis fréquents
  • Difficultés à vous concentrer
  • Irritabilité (vous vous énervez facilement)
  • Mauvaise humeur, sentiment de dépression et perte de motivation
  • Maux de tête ou migraines
  • Anxiété
  • Tension artérielle élevée

De nombreux autres symptômes peuvent également être associés au burn-out. Le burn-out parental va souvent de pair avec des difficultés au sein du couple, ce qui a généralement pour conséquence de diminuer l’envie d’avoir des relations sexuelles avec le ou la partenaire. Vous pouvez également souffrir d’une élévation du rythme cardiaque, d’étourdissements, de douleurs abdominales ou d’acné. Vos muscles peuvent également subir les conséquences de ce surmenage. Vous pouvez alors souffrir de lombalgies, de douleurs de la nuque et des épaules, de douleurs musculaires et de tensions dans les mâchoires.

Le burn-out familial

Les parents d’enfants atteints de TDAH ou d’autisme sont souvent soumis à une plus grande pression encore et sont dès lors beaucoup plus stressés. Le rôle de parent fait de lui le principal garde-malade de la famille, et de telles maladies leur donnent l’impression de ne pas être à la hauteur. Les parents d’un enfant atteint d’autisme ou d’un autre trouble du développement sont souvent plus susceptibles de souffrir d’un burn-out. Ils se sentent impuissants et le manque de réciprocité de la part de l’enfant accentue leur stress. Le stress peut, à long terme, mener au surmenage et au burn-out.

En ce qui concerne les parents isolés, ils sont particulièrement vulnérables. Lorsqu’une relation s’écroule, les parents se retrouvent soudainement seuls. Ils doivent alors s’occuper de l’éducation des enfants, mais aussi de la maison et des courses. Ils se posent beaucoup de questions, car ils doivent prendre toutes les décisions sans pouvoir en parler avec le partenaire.

Le traitement du burn-out parental

Comment traiter un burn-out ? Si vous êtes mort fatigué et frustré parce que vous avez l’impression de ne pas être à la hauteur concernant l’éducation de vos enfants, nous vous conseillons de prendre du temps pour vous. En effet, le stress et les tensions se communiquent aux enfants. Vous devez donc impérativement vous soigner. Mais comment s’y prendre ? N’hésitez pas à demander de l’aide. Une soirée de détente où quelqu’un d’autre s’occupe de vos enfants peut vous faire énormément de bien. Cependant, nous vous conseillons de réfléchir à une solution à long terme. Dans ce cas, vous pouvez toujours demander de l’aide ou des conseils à un médecin.

Comment prévenir le burn-out parental ?

Le burn-out parental n’échappe pas à la règle : mieux vaut prévenir que guérir. Pour ce faire, voici quelques conseils faciles à mettre en place. Vous pouvez par exemple en parler à d’autres parents. Même s’il n’est pas toujours facile de partager ses doutes, le fait de parler à d’autres parents nous aider à prendre conscience que nous ne sommes pas les seuls à commettre des erreurs. N’oubliez pas non plus de vous ménager un peu de temps libre. Prenez le temps de faire des activités qui vous plaisent et qui vous aideront à vous détendre et à vous sortir de votre routine quotidienne.

Essayez de relativiser, histoire de diminuer la pression, et d’être moins perfectionniste. En d’autres mots, ne visez plus la perfection, mais tentez d’être un bon parent. Gardez également à l’esprit que la qualité vaut mieux que la quantité. N’ayez pas les yeux plus gros que le ventre, et demandez l’aide d’un parent ou d’un ami pour vous octroyer un peu de répit. Et surtout, n’oubliez pas : il n’y a pas de honte à avoir à pleurer de temps en temps, cela permet simplement d’évacuer le stress.