Voir tous les thèmes »

L’hépatite C : quelles sont les mesures de prévention et quand faire un test de dépistage ?

Quelles sont les mesures de prévention ?

Il n’existe pas de vaccin contre l’hépatite C, il est donc primordial de prévenir la contraction et la transmission à d’autres personnes de la maladie en sensibilisant les populations à risque, comme les consommateurs de drogues et en se protégeant lors des contacts sexuels. Par ailleurs, une personne qui a guéri de l’hépatite C n’est pas immunisée : elle peut donc la contracter de nouveau !

Les principales mesures de prévention, outre toutes celles à appliquer dans les centres de soins et auprès du personnel (protection des mains, sécurité des injections, des transfusions, et de l’élimination des déchets, etc.), sont, pour tout un chacun, les suivantes :

  • Ne jamais partager le matériel d’injection (seringue, aiguilles), le matériel usagé (cuillère, eau, tampon, alcool, etc.) ni le matériel d’inhalation (et ne jamais utiliser d’objet qui peut absorber le sang comme un billet de banque) ;
  • Utiliser correctement le préservatif lors de tout contact sexuel avec une personne potentiellement infectée (et, de manière générale, même avec une personne non porteuse du VHC, pour éviter la contraction d’infections sexuellement transmissibles) ;
  • Éviter de partager ses objets d’hygiène personnels (brosse à dents, rasoir, coupe-ongles, etc.) et d’échanger les bijoux qui traversent la peau (boucles d’oreilles, tiges, piercings, etc.) ;
  • Rester vigilant quant à l’hygiène des lieux où vous vous faites percer ou tatouer.

 

Quand et comment se faire dépister ?

 

Si vous avez été exposé à un risque de contamination, vous pouvez faire un prélèvement sanguin analysé en laboratoire mais le résultat du test ne sera fiable que 2 mois après la prise de risque. Le test se fait en deux prélèvements uniquement si le premier est positif : ce premier résultat est alors à confirmer. Vous pouvez aussi vous rendre dans un centre de santé, dans un centre de dépistage anonyme et gratuit, dans un planning familial, ou tout simplement chez votre médecin traitant pour effectuer le prélèvement qui sera envoyé au laboratoire.

 

Il y a un risque de contamination et il vaut donc mieux vous faire dépister si :

  • Vous avez des contacts sexuels avec échange de sang avec une personne potentiellement contaminée ;
  • Vous avez reçu du sang avant 1992 ou des plaquettes avant 1987 ;
  • Vous avez partagé du matériel d’injection ou d’inhalation, même une seule fois et même si cela fait longtemps ;
  • Vous vous êtes accidentellement piqué avec du matériel potentiellement contaminé (avec une seringue que vous avez ramassée, par exemple) ;
  • Vous avez fait un piercing ou un tatouage dans des conditions douteuses.