Voir tous les thèmes »

L'hyperventilation

hyperventilationL’hyperventilation se manifeste par une respiration excessivement rapide et profonde, ce qui augmente l’apport d’oxygène dans le sang et vous fait expirer davantage de dioxyde de carbone (CO2). Cette évacuation de CO2 est à l’origine de nombreux symptômes, entraînant notamment une diminution de l’acidité du sang. L’hyperventilation peut être passagère et ne dure alors pas plus de dix minutes. La plupart du temps, il s’agit d’hyperventilation chronique.

Les causes de l’hyperventilation

Quels sont les facteurs à l’origine de l’hyperventilation ? Tout d’abord, l’hyperventilation n’est pas une maladie et ne présente aucun danger. Généralement, ce syndrome se manifeste en cas d’effort, d’anxiété ou de situations stressantes. Ainsi, le risque d’hyperventilation est plus élevé chez les perfectionnistes.

Généralement, ce syndrome se manifeste en cas d’effort, d’anxiété ou de situations stressantes

Par ailleurs, d’autres facteurs peuvent être à l’origine de l’hyperventilation, comme une agitation, une forte luminosité ou des rassemblements dans des espaces clos. Conséquence : votre corps va produire des hormones de stress, comme l’adrénaline, qui le prépare à l’effort. Vous allez donc automatiquement respirer plus rapidement et votre cœur va s’emballer. Il existe également d’autres causes plus rares de ce syndrome, comme la douleur, la fièvre, les efforts physiques intenses, la fatigue excessive ou un manque d’oxygène (notamment lorsque vous marchez en montagne).

Les symptômes de l’hyperventilation

L’hyperventilation, ou respiration trop rapide, entraîne un certain nombre de symptômes. En cas d’hyperventilation aiguë, vous souffrez d’une gêne respiratoire, d’un manque d’oxygène et d’une transpiration intense. Vous ressentez parfois également des douleurs et des palpitations.  Voici d’autres symptômes qui peuvent aussi apparaître: bouche sèche, vertiges, légère sensation de chaleur ou de froid au niveau de la tête, picotements dans les bras et les jambes, faiblesse dans les genoux. Une crise d’hyperventilation est souvent source d’angoisse, car elle s’accompagne généralement d’un sentiment de panique. Cependant, elle ne présente aucun danger et ne laisse pas de séquelle aux organes, étant donné qu’elle ne dure qu’une dizaine de minutes. En cas d’hyperventilation chronique, les crises se produisent autant la journée que la nuit. Toutefois, les symptômes sont plus faibles et moins graves qu’en cas d’hyperventilation aiguë. Le plus souvent, elle se caractérise par de la fatigue, des maux de tête, des troubles de la concentration, une insomnie, une douleur au dos et au ventre, une pointe douloureuse dans la poitrine et une sensation d’angoisse. Ces symptômes sont assez généraux et correspondent à plusieurs affections, ce qui explique la difficulté à poser un diagnostic.

La prévention de l’hyperventilation

Vous pourrez prévenir une nouvelle crise d’hyperventilation en traitant les causes de ce syndrome. Si une mauvaise respiration en est à l’origine, vous pouvez améliorer votre fréquence respiratoire et éviter ainsi une crise. Pour ce faire, sollicitez éventuellement l’aide d’un physiothérapeute. Il vous apprendra à respirer par le ventre et non par la poitrine. Par ailleurs, vous pouvez pratiquer des exercices de relaxation en périodes de stress et d’angoisse ou dans des situations critiques. Des calmants sont parfois prescrits à cet effet, bien que leur efficacité soit variable et souvent insuffisante. Toutefois, ils sont susceptibles d’atténuer temporairement les symptômes. Quoi de mieux qu’une bonne hygiène de vie et une activité physique régulière en cas d’hyperventilation ? En effet, elles vous donnent ainsi régulièrement l’occasion de vous détendre. Mieux vaut prévenir votre médecin après une crise d’hyperventilation, car il sera en mesure de vérifier s’il s’agissait bien de ce type de crise ou, au contraire, d’identifier une autre affection. Généralement, d’autres tests seront nécessaires afin de confirmer le diagnostic.

Mieux vaut prévenir votre médecin après une crise d’hyperventilation.

Que faire en cas de crise d’hyperventilation ?

Le contrôle de la crise est primordial. La plupart du temps, vous y parviendrez en ralentissant simplement votre respiration : expirez d’abord profondément, puis inspirez trois secondes et expirez pendant six secondes. Malheureusement, une crise provoque une sensation de panique, qui est, par conséquent, difficile à atténuer avec cette technique.  Cependant, vous pouvez essayer ces trois méthodes :
1) Placez un sac en papier ou en plastique sur votre bouche et votre nez, et respirez lentement.
2) Respirez à travers un tuyau en caoutchouc équipé d’une petite ouverture, comme un tuyau d’arrosage par exemple.
3) Couvrez votre nez et votre bouche à l’aide de vos deux mains et respirez lentement.
Appliquez ces techniques pendant une à deux minutes pour augmenter votre taux de CO2 et faire disparaître les symptômes. Toutefois, un inhalateur spécifique, disponible en pharmacie, vous offrira une solution plus discrète en cas de crise d’hyperventilation. Son action est comparable à la méthode du sac ou du tuyau. Le principe est simple : respirez à travers le dispositif, qui est composé de nombreux « couloirs » permettant d’augmenter la résistance. Il vous empêche ainsi de respirer trop rapidement. Ce petit appareil est facile à transporter et à nettoyer.

Si vous avez d’autres questions ou si vous souhaitez recevoir des conseils, n’hésitez pas à prendre contact avec notre pharmacien Viata.