Voir tous les thèmes »

Comment prévenir les mains et les pieds douloureux en hiver ?

 

Saviez-vous qu’il est possible d'éviter la douleur des mains et des pieds en hiver ? Dans cet article, nous vous expliquons en quoi consiste cette affection et comment la prévenir ; vous pourrez ainsi profiter de cette saison en toute tranquillité.

 

Qu’est-ce que le syndrome des mains et des pieds douloureux ?

Il se manifeste par une douleur intense au niveau des doigts, des mains, des orteils, des pieds et des talons. Ces zones deviennent alors rouges, voire bleues, et une sensation de brûlure ou de démangeaison apparaît, ainsi que des picotements ou encore, un gonflement. Ces symptômes peuvent également survenir au niveau de la partie inférieure des jambes, des cuisses, des oreilles ou du bout du nez. Ils apparaissent après une exposition au froid et peuvent parfois engendrer des ampoules, des ulcérations ou des gerçures. Des complications peuvent alors se développer, comme une infection bactérienne.

Les femmes sont plus nombreuses à souffrir de cette affection qui touche moins les hommes. Elle concerne, par ailleurs, davantage les personnes qui travaillent au grand air.

 

Comment ce syndrome se développe-t-il ?

Il est dû à une réaction anormale, lorsqu’il fait froid, des petits vaisseaux situés au niveau de la peau. En effet, lors d’une exposition au froid, les capillaires superficiels se contractent pour laisser passer moins de sang. La température centrale du corps reste ainsi stable alors que celle de la peau diminue. Lorsque la température de la peau est trop basse, un mécanisme de protection permet de rouvrir les vaisseaux sanguins afin de la réchauffer ; elle rougit, et elle se réchauffe.

Cependant, dans le cas du syndrome des mains et des pieds douloureux, les vaisseaux réagissent différemment. Les plus gros vaisseaux, présents dans les couches les plus profondes de la peau, se contractent (vasoconstriction) de façon prolongée et ne se redilatent (vasodilatation) donc pas toujours. Les petits capillaires de la couche superficielle de la peau s'ouvrent alors au maximum, tentant ainsi de compenser la constriction dans les vaisseaux plus profonds.

L'exposition prolongée à une très basse température (aux alentours du point de congélation), combinée à une humidité importante dans l'air, constitue un facteur favorisant. Par ailleurs, d'autres facteurs tels que des chaussures étroites, des chaussettes ou des bas trop fins, un climat humide ou des gants trop serrés peuvent être responsables de ces symptômes.

 

À quoi est dû ce syndrome ?

La cause de ce phénomène désagréable n'a pas encore été déterminée avec certitude. Une prédisposition héréditaire pourrait être établie car le trouble est généralement familial. De plus, les personnes qui ont souvent les pieds et les mains moites sont particulièrement concernées par ce syndrome. Le port de gants ou de chaussures trop serrées peut, aussi favoriser l'apparition de plaques. Enfin, ce trouble apparaît souvent chez les personnes qui souffrent de troubles alimentaires tels que l'anorexie nerveuse.

 

Comment éviter ce syndrome ?

  • Portez des vêtements isolants et chauds, et restez, si possible, dans un environnement chauffé.
  • Évitez au maximum les changements de température.
  • Appliquez éventuellement de la crème antitranspirante sur les mains et les pieds.
  • Bougez suffisamment.
  • Arrêtez de fumer.
  • Emportez toujours avec vous une paire de chaussette sèches.
  • Tâchez de maintenir tout votre corps au chaud et au sec, pas seulement vos mains.
  • Tenez compte des facteurs de risque : le froid, l'humidité (surtout au niveau des pieds) et l'hérédité.

Tous ces conseils devraient vous aider à prévenir l'apparition de ce syndrome.

Par ailleurs, vous pouvez aussi appliquer de la crème ou prendre des compléments alimentaires qui vous aideront à éviter ces désagréments. Mieux vaut, pour ce faire, commencer dès la fin du mois de septembre, juste avant les premières vagues de froid. En effet, après il sera trop tard pour envisager un traitement préventif.

 

N.B. : Les vitamines A et D jouent également un rôle important dans la prévention.

 

Existe-t-il des traitements ?

Si vous souffrez d’un syndrome exacerbé, mieux vaut prendre rendez-vous chez votre médecin afin qu'il pose le bon diagnostic et qu'il vous propose le traitement le plus adapté à votre situation. Il peut, par exemple, vous prescrire :

  • Des produits pour désinfecter des ampoules et les engelures, afin d'éviter toute infection ;
  • Une pommade à base de cortisone en cas de douleur intense ou de démangeaisons ;
  • Des médicaments vasodilatateurs.