Voir tous les thèmes »

Les médicaments qui ne font pas bon ménage avec le soleil

Certains médicaments peuvent causer une sensibilité accrue au soleil et engendrer des brûlures importantes (au 2è degré) ou des taches sur la peau qui ne disparaissent pas. Une bonne protection solaire est alors indispensable. Attention, ceci est valable quelle que soit la forme d’administration du médicament : que ce soit en prise orale, en suppositoire ou même en application locale comme les pommades !

Par ailleurs, dans ces cas, il vaut toujours mieux éviter une exposition au soleil prolongée.

Les médicaments concernés sont, entre autres, les suivants (liste non-exhaustive) :

  • Certains médicaments contre l’acné. Ex : l’isotrétinoïne ;
  • Certains antibiotiques (comme les tétracyclines et les quinolones). Ex : la doxycycline, la norfloxacine ;
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, en pommade mais aussi par voie orale :
    • Certains anti-inflammatoire locaux sous forme de gel (le diclofénac, entre autres) ne peuvent pas être exposés au soleil, et ce, JUSQU’À UNE À DEUX SEMAINE APRÈS L’APPLICATION pour certains d’entre eux (comme le kétoprofène) ;
    • Le naproxène, le piroxicam, le diclofénac, mais aussi l’acide acétylsalicique ;
  • la chimiothérapie et la radiothérapie ;
  • le millepertuis. Ex : certains médicaments antidépresseurs à base de plantes ;
  • la médication contre l’épilepsie. Ex : la carbamazepine ;
  • La médication pour le cœur, comme l’amiodarone ;
  • Les diurétiques pour lutter contre l’hypertension, comme l’hydrochlorthiazide ;
  • les bêta-bloquants à base de bisoprolol, par exemple, utilisés pour lutter contre l’hypertension ;
  • les fibrates qui luttent contre le cholestérol et l’hormonothérapie peuvent contribuer à l’apparition de taches pigmentaires liées à l’exposition au soleil.

Si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à contacter nos assistantes en pharmacie de Viata.