Voir tous les thèmes »

Rhume des foins : 10 faits méconnus et conseils utiles

 

Le rhume des foins est une réaction allergique. Les allergies constituent les affections chroniques les plus fréquentes (encore plus fréquente, par exemple, que l’hypertension). Le nombre de personnes atteintes d’allergies augmente toujours de plus en plus, on peut donc raisonnablement parler de « l’épidémie du 21è siècle ».

 

 

 

Le rhume des foins est une allergie

Le risque de développer une réaction allergique comme le rhume des foins dépend principalement de 2 facteurs : le patrimoine génétique (un facteur héréditaire) et l’environnement (« l’hypothèse de l’hygiène », comme on l’appelle : les personnes qui vivent dans un environnement moins propre sont moins à risque de développer une réaction allergique (ceux qui vivent, par exemple, à la campagne, plutôt qu’à la ville).

Si un de vos parents est allergique (rhume des foins, asthme, eczéma), vous présentez 30 % de risque de l’être aussi. Si vos deux parents le sont, le risque augmente à 60 %.

Les patients qui souffrent du rhume des foins présentent également un risque plus élevé de « réactions croisées ». Si vous êtes allergique au pollen d’arbres ou des herbes, vous pouvez également réagir après avoir mangé un fruit ou un légume en particulier (les symptômes vont d’une démangeaison dans la bouche et d’un gonflement des lèvres à un choc anaphylactique). Si vous êtes allergique au pollen des bouleaux par exemple, vous pouvez aussi réagir après avoir mangé une pomme ou une poire.

La prise de médicaments permet de contrôler les symptômes du rhume des foins, pendant la période de la prise du moins. Il vaut donc mieux utiliser un traitement de fond de longue durée contre le rhume des foins. Les effets de la médication disparaissent généralement avec l’arrêt du traitement. En cas d’utilisation d’anti-histaminiques oraux en revanche, l’action anti-histaminique se prolonge jusqu’à 7 jours après la prise. Si vous oubliez donc de prendre votre médicament un jour, ce n’est pas grave. Chez les personnes concernées par le rhume des foins, l’asthme est souvent également de la partie. Un bon suivi et des soins adéquats sont dans ce cas le mot d’ordre.

 

Voici 10 faits méconnus et conseils utiles concernant le rhume des foins :

  1. Le rhume des foins peut apparaître à tout âge. Dans la plupart des cas, il survient entre 5 et 45 ans.
  2. Si vous êtes « enrhumé » pendant une longue période durant les mois d’été, vous souffrez peut-être du rhume des foins.
  3. N’oubliez pas que les filtres mécaniques de l’air conditionné retiennent le pollen.
  4. Partez plutôt en vacances à la mer ou à la montagne, en altitude (+-1500 m) où le pollen est moins gênant.
  5. Si vous êtes allergique au latex (les métiers du secteur médical, les coiffeurs), une réaction croisée au bananes est possible.
  6. Si le rhume des foins provoque une gêne au niveau des yeux : des gouttes pour les yeux à base de cromoglycates donnent de bons résultats et leurs effets secondaires sont rares. Le port de lunettes solaires permet aussi de soulager les plaintes (en particulier lorsqu’il y a du vent).
  7. Vous pouvez vous faire « vacciner » contre le rhume des foins, mais uniquement sous contrôle médical et l’issue peut se révéler fatale.
  8. Tâchez de ne pas utiliser un spray ou des gouttes nasales de façon prolongée (les préparations dites décongestionnantes) : ces produits provoquent une dépendance dès 7 jours d’utilisation (c’est la « rhinite médicamenteuse »).
  9. À l’heure actuelle, il existe des sites et des applications qui permettent de mesurer la quantité de pollen à la minute. Vous pouvez les utiliser pour évaluer les symptômes qui pourraient apparaître dans les jours à venir. Vous pouvez ainsi prévenir les effets désagréables en fermant par exemple les portes ou en prenant votre médication à temps. Exemples : www.meteo.bewww.airallergy.be et l’application A.Vogel.
  10. Sous l’effet du réchauffement climatique, les plantes produisent de nouveaux allergènes comme l’ambroisie, la pariétaire, et même le pollen de l’olivier, du frêne élevé, du forsythia et du lilas peuvent mener à des réactions croisées.

Pour davantage d’informations sur le rhume des foins, consultez notre thème « rhume des foins ».

Kristien