Voir tous les thèmes »

Le tabagisme et les maladies cardiaques

Le tabagisme augmente considérablement le risque de maladies cardiaques, telles que les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux. Selon la Ligue Cardiologique Belge, près de 30% des crises cardiaques sont liées au tabagisme. Environ 19 000 personnes décèdent chaque année en Belgique à cause de la cigarette, dont un quart des suites de maladies cardiovasculaires. Fumer nuit non seulement à santé, mais aussi à celle de tous ceux qui vous entourent. Vous feriez donc mieux arrêter de fumer. Deux ans après l'arrêt de la cigarette, votre risque d'infarctus ou de crise cardiaque diminuera de 50 %. L’incidence des maladies cardiaques est supérieure de 70 % chez les fumeurs que chez les non-fumeurs, et les fumeurs sont trois fois plus susceptibles de souffrir d’une crise cardiaque ou d’un AVC que les non-fumeurs.

Divers facteurs de risque augmentent également votre risque de maladie cardiovasculaire. Certains peuvent être invariables comme l’hérédité, le sexe et l’âge, mais d’autres sont variables comme le tabagisme, l’hypercholestérolémie et l’obésité. Les hommes, les personnes âgées et les fumeurs présentent un risque plus élevé. Le tabagisme renforce même l’effet d’autres facteurs de risque.

Par ailleurs, la fumée de tabac contient une substance toxique.

Cette substance prend la place de l’oxygène dans le sang. Ainsi, l’inhalation de monoxyde de carbone a pour effet de réduire la quantité d’oxygène qui circule dans l’organisme. Le taux de monoxyde de carbone présent dans votre sang ne baisse que de 50 % dans les huit heures qui suivent la dernière cigarette. La nicotine, à son tour, augmente la tension artérielle et le rythme cardiaque. Les fumeurs souffrent donc d’hypertension artérielle et manquent souvent d’oxygène. Le goudron est également très nocif. Cette substance noir brunâtre visqueuse et collante se retrouve dans la fumée de tabac et renferme diverses substances cancérigènes. Le goudron se fixe aux voies respiratoires ainsi que dans les poumons, augmentant ainsi considérablement le risque de cancer. Le tabac renferme parfois des additifs ajoutés, pour donner à la fumée un goût agréable ou la rendre moins visible. Autant de substances nocives pour votre corps. La cigarette n’a pas uniquement des conséquences sur votre santé, mais elle influence également votre apparence. Vos dents, vos ongles et vos doigts changent de couleur. Votre peau devient grisâtre et pâle, et vos rides se développent davantage.

Les fumeurs présentent un risque accru de maladie cardiovasculaire. La cigarette endommage les vaisseaux sanguins et provoque une augmentation des dépôts graisseux. Les fumeurs présentent donc un risque accru de formation de caillots sanguins. Ces dépôts graisseux rendent les vaisseaux sanguins deviennent si étroits que le cœur n’est plus suffisamment approvisionné en sang riche en oxygène. Cet apport insuffisant peut entraîner une gêne ou des douleurs dans la poitrine, aussi appelée angine de poitrine. Si un caillot de sang se forme dans un vaisseau sanguin déjà rétréci, il peut provoquer une crise cardiaque. Si le caillot se forme dans une artère du cerveau, on parle d’attaque vasculaire cérébrale. Les artères des jambes peuvent être obstruées par des dépôts graisseux. Les fumeurs ont donc souvent mal aux jambes lorsqu’ils marchent, en raison de ce manque d’oxygène.

Le tabagisme passif peut également engendrer des maladies cardiovasculaires.

Le risque de développer ce type de maladies est de 25 % supérieur chez les fumeurs passifs par rapport au risque chez les non-fumeurs. Les enfants sont particulièrement vulnérables, car leur système immunitaire n’est pas encore complètement développé. Ils sont sensibles à diverses infections, telles que les bronchites et les otites. Un enfant peut accidentellement être brûlé par une cigarette ou un briquet. Ouvrir les vitres de la voiture ou allumer la hotte n’est pas suffisant. Les substances toxiques restent tout simplement dans l’air. Si vous désirez tout de même continuer à fumer, faites-le de préférence à l’extérieur.

En Belgique, il est interdit de fumer dans certains endroits. Vous n’êtes plus autorisé à fumer dans les établissements HORECA, ainsi que dans les bâtiments publics.  

Notez que le tabac est toujours nocif, sous toutes ses formes, que ce soit la pipe, le tabac à chiquer ou la chicha. Les cigarettes à la menthe peuvent sembler moins dangereuses, mais ce n’est absolument pas le cas. La fumée a meilleur goût grâce au goût mentholé, et vous inhalez donc plus profondément, mais elle nuit à votre santé. Le goudron est également très nocif. Vous pouvez avoir l’impression qu’il s’agit d’un produit naturel, mais ce n’est pas le cas. Une cigarette roulée est plus nocive que la cigarette classique et équivaut donc à plusieurs cigarettes classiques. En effet, elle contient davantage de particules cancérigènes. La chicha est également nocive : il ne faut pas croire que la fumée est filtrée par l’eau.

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer.

Quel que soit votre âge, le nombre d’années que vous avez passées à fumer et le nombre de cigarettes vous fumez par jour, l’arrêt de la cigarette permet de réduire de nombreux risques pour votre santé. En quelques jours, vous remarquerez que votre tension artérielle et votre fréquence cardiaque reviennent à la normale, que vos valeurs de nicotine et de monoxyde de carbone diminuent et que votre taux d’oxygène est à nouveau dans les normes. Après quelques semaines, votre circulation sanguine s’améliore. Après un an, votre risque de maladie cardiaque est réduit de moitié et après cinq ans, le risque de développer une maladie de la bouche, de l’œsophage, de la vessie ou un accident vasculaire cérébral est également réduit. Après 15 ans, vous courez autant de risques de souffrir d’une maladie cardiaque qu’une personne qui ne fume pas. Si vous devez subir une intervention chirurgicale, qu’elle soit ou non causée par le tabagisme, mieux vaut essayer d’arrêter de fumer au moins une semaine avant l’opération. Les médecins recommandent d’arrêter huit semaines avant l’intervention, ce qui permet de réduire le risque de complications graves.